LE LIVRE A VOIX HAUTE – Article du journal de l’ARL Normandie – avril 2017

Article du journal de l'ARL fin avril 2017
Article du journal de l’ARL fin avril 2017

LE LIVRE A VOIX HAUTE

Technicien du son devenu comédien, Matthieu Farcy enregistre des livres audio, joue sur scène des contes de Maupassant et milite pour l’accessibilité des lieux culturels à tous les publics.

Matthieu FARCY, d’abord, c’est une voix. On l’entend, basse. chaude et claire à la fois. Mais elle peut tout à coup devenir chevrotante, rauque, atone. ou légère et sautillante, selon les personnages que le Rouennais d’adoption interprète devant le micro, ou ceux qu’il joue sur scène. Car sa voix s’adaptera aux personnages d’Ivanhoé de Walter Scott. qu’il se prépare à enregistrer pour un livre audio comme à ceux qu’il va incarner de La Peur. qu’il va interpréter les 3 et 4 juin : durant le festival rouennais Curieux Printemps, le spectacle radiophonique Un frisson de peur et d’angoisse déclinera, avec spatialisation du son, trois contes fantastiques de Guy de Maupassant : Un fou ?, La Peur, Apparition.

 

REPRÉSENTATION IMAGINAIRE

Matthieu Farcy est d’abord une voix, mais aussi un comédien. Ou l’inverse. En tout cas, il lit une flopée de romans pour des livres audio — 31 à son actif— et grimpe aussi sur scène. Et pourtant. Il assure ne pas avoir aimé la lecture, enfant: elle est alors vécue comme « une contrainte. C’est plutôt le ton avec lequel les textes étaient lus à l’école qui ne me plaisait pas et qui empêchait toute représentation imaginaire parce que cela m’éloignait du texte « . Alors c’est plutôt l’image qui séduit Matthieu Farcy.

L’enfant né dans la région parisienne baigne dans l’univers de la représentation : un grand-père est producteur de films institutionnels et publicitaires, un oncle comédien fait du doublage, et surtout, son père est photographe et caméraman. Dès l’âge de 7 ans. il participe aux tournages…

Jusqu’à la fêlure. Il a 20 ans quand son père tombe dans un long coma. de plusieurs années, suite à un AVC. chacun sa voie pour gérer une tee douleur. Matthieu Farcy dit s’être «coupé de toute émotion ». Il a ainsi, confie-t-il avec pudeur, «progressivement perdu ma sensibilité artistique ». Finis les cours de théâtre et de chant. Selon lui, la rigueur et la méthode éloignent des excès de sensibilité et des élans créatifs: il sera donc technicien du son.

En zoo4, il entre au secteur audiovisuel du CNRS. Durant huit ans, derrière la console, il travaille sur les enregistrements des autres, à réparer les bandes-son, numériser, monter des séquences de rites et cérémonies de transe ou des conférences d’anthropologues… Peu à peu. il « récupère les émotions ». Et lors d’un stage aux métiers du doublage, passe devant un micro, réussit une audition, suit une formation de comédien, et découvre par hasard le livre audio. C’est le déclic.

 

«UN AUTRE ACCÉS A LA LITTÉRATURE»

Fi des idées reçues. Le livre audio n’est pas destiné seule-ment aux déficients visuels, ni aux paresseux.  « La lecture audio demande une attention égale à celle qui est demandée pour les livres imprimés», vous assure-t-il. Et d’ajouter : «Un mauvais orateur, tout comme un mauvais livre, représente la même difficulté de compréhension et exige la même qualité de concentration. » En tout cas, le livre audio offre un autre accès à la littérature. Laquelle, aujourd’hui, n’est plus une contrainte pour Matthieu Farcy qui aime cette «rencontre avec des personnages qu’un auteur a créés et dont je m’empare pour jouer avec eux». C’est avec délectation qu’il enregistre Prosper Mérimée, Edgar Allan Poe, Théophile Gautier ou Maupassant, Charles Perrault. Ses enregistrements sont édités par le distributeur et diffuseur de livres numériques Numilog, la librairie en ligne Book d’Oreille, Le Livre qui parle. Il a créé son label, «Belle Philis ». Joli clin d’œil littéraire: il s’agit de Mme de Champmeslé, actrice rouennaise du XVIIè siècle pour laquelle Racine écrivit ses grands rôles féminins et à qui La Fontaine a dédicacé un conte libertin : «Elle faisait — déjà! — des lectures publiques dans les salons.»

 

LA CULTURE POUR TOUS

En 2016, il lance sur Internet le podcast audio «La voix haute»: des poèmes, des contes, des récits fantastiques, des extraits de romans sont diffusés sur iTunes et Deezer. «Pour le plaisir de partager, de donner, de faire passer des émotions, de créer des personnages», explique-t-il. Quasiment chaque semaine, il poste un nouvel épisode: Gracieuse et Percinet, conte de fée de M-C d’Aulnoy, Les Faunes réveillés et La Tulipe noire de Marcelle Langlois, La vision de Charles XI de Prosper Mérimée, L’Arbre de Noël de Charles Dickens, La Cafetière de Théophile Gautier… Et pour pouvoir élargir l’éventail de ses personnages, Matthieu Farcy travaille sa voix, « comme un instrument », et reprend des cours de chant.

Rendre la culture accessible à tous reste le fil conducteur. En décembre, le comédien a rejoint Arteoz, association qui s’investit dans « l’accessibilité, la qualité d’accueil et d’usage des lieux culturels pour les publics empêchés ou éloignés« . Car « la culture s’adresse — et doit s’adresser — à tout le monde. rappelle le militant. Nous devons construire un environnement adapté à tous ! » L’idée est de créer un label pour identifier et mettre en valeur les lieux culturels normands. biblio-thèques, musées, salles de spectacles qui s’engagent dans une démarche durable d’accueil de ces publics. Et avec le collectif d’artistes Commune idée, créé à Rouen en 2015, Matthieu Farcy questionne la place du son et sa relation avec le handicap visuel : pour le spectacle Un frisson de peur et d’angoisse, mis en scène par Hélène Cabot et soutenu par la Ville de Rouen, « nous avons travaillé avec des personnes malvoyantes volontaires et réfléchi à l’accessibilité, dès l’accueil tout autant que dans le contenu artistique. »

Natalie Castetz

www.matthieufarcy.com

www.facebook.com/lavoixhaute

www.communeidee.fr

www.arteoz.net