UN SOTTEVILLAIS SE LANCE DANS LES LIVRES AUDIO – Paris Normandie du 4 mai 2015

Article du Paris Normandie paru le 5 mai 2015
Article du Paris Normandie paru le 5 mai 2015

UN SOTTEVILLAIS SE LANCE DANS LES LIVRES-AUDIO
Publié le 04/05/2015 à 22H32

Avec sa double casquette d’ingénieur-son et de comédien voix off, Matthieu Farcy est du genre à cacher bien d’autres talents. A 37 ans, il se déplace en ville avec une trottinette et garde un air étonnamment juvénile. Mais méfiez-vous des apparences. Sa voix chaleureuse, grave et claire qu’il s’amuse à moduler Face à un micro, est l’un de ses outils de travail. Il vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc : la première marque haut-normande de livres audio.
Son catalogue : des contes de Charles Perrault mais aussi des nouvelles Fantastiques (Edgar Allan Poe) et des polars adaptés de la série « Noire Soeur » (publiée chez skaéditeur.net).
Enfant de l’audiovisuel (il a grandi dans une Famille de cinéastes) formé aux métiers du son et de Matthieu s’est aussi perfectionné dans le doublage et la voix off.
La littérature en s’amusant
Collectionneur passionné d’enregistrements (il a même travaillé pour le CNRS à restaurer et numériser des conférences d’anthropologues), il est fasciné par le pouvoir de ces récits audio. « Petit, j’écoutais des livres-disques du Petit Ménestrel On entendait une clochette chaque fois qu’il fallait tourner la page. Plus grand j’ai cherché et collectionné près de 60 titres. Après ily a eu les K7, le CD, le MP3 et j’ai essayé moi-même de lire des histoires. Il a fallu persévérer », raconte l’auto-entrepreneur qui vit à Sotteville-lès-Rouen.
Au Salon du livre de Paris l’an dernier il a peaufiné son projet en rencontrant des éditeurs de livres audio, des distributeurs numériques. Et il s’est engouffré dans la voie…
S’il joue souvent les narrateurs comme dans les contes de Perrault, Matthieu fait aussi appel à d’autres comédiens, comme la rouennaise Bérangère Bailleul. «Max Obione dont j’ai enregistré quelques titres de polar, adore sa voix. Pour les auteurs c’est parfois une redécouverte de leur oeuvre », ajoute Matthieu.
« L’audio, c’est une autre façon de découvrir la littérature. Et ce n’est pas uniquement réservé à un public qui ne sait pas lire ou qui est déficient visuel. II y a un pouvoir magique des mots grâce à la voix. On peut jouer avec les temps de pause, ajouter des sons. La voix apporte bien plus de nuances au texte que la ponctuation ne le permet.. Quand vous êtes en voiture pour un long trajet, essayez donc.. »
Son souhait ? Travailler avec les médiathèques et les bibliothèques, faire des lectures publiques, aller dans les écoles pour montrer qu’on peut s’amuser avec un livre.

SOPHIE BOGATAY s.bogatay@presse-normande.com

Les titres de Belle Philis sont vendus en numérique sur trois librairies en ligne numilog.fr/bookdoreille.com/lelivrequiparle.com

Site : www.bellephilis.com

HUIT CONTES A ECOUTER
Cendrillon, Le Petit Poucet, Riquet à la houppe. Barbe bleue… Matthieu Farcy s’est replongé dans l’histoire de l’édition pour donner vie aux huit célèbres contes de fées de Charles Perrault parus en 1697 sous le titre « Histoires ou contes du temps passé ».
«J’ai observé que selon les éditions, le texte variait Aujourd’hui on ne connaît que les adapations de ces histoires. Par exemple, j’ai été surpris de découvrir que les véritables aventures de la Belle au bois dormant commencent à son réveil ! Les textes originaux ne s’adressent pas forcément à des tout petits. C’est parfois plus noir et violent », confie Matthieu.
Les huit contes réalisés par Belle Philis totalisent près de 115 minutes d’écoute. «Je les ai testés auprès de mes deux enfants de 6 et 8 ans et ils ne sont pas si effrayés que cela », ajoute le comédien.
Chaque conte est enrichi d’une couverture signée Nicolas Gouesbet, illustrateur et graphiste rouennais, lui aussi passionné par l’univers de Perrault.
Féru de cet art du récit à haute voix, Matthieu a choisi de baptiser sa collection de livres audio « Belle Philis » en hommage à Philis de Champmeslé, comédienne contemporaine de Jean de La Fontaine qui donnait lecture des écrits de l’auteur. Le fabuliste avouait avoir rédigé certains contes à son intention, pour le plaisir de les entendre, paraît-il…